Article de Mikaël Faujour pour Bruxelles culture

EXPOSITION : RUTA JUSIONYTE

Pour trouver l’équilibre il faut passer par l’extrême. De son art, on a dit qu’il était expressionniste. Corps nus et fêlés, faces dolentes, rictus grimaçants, yeux habités de « pourquoi », Les personnages de Ruta Jusionyte, effrayés et hagards parfois, ont cristallisé un temps quelque chose de l’angoisse, de l’accablement, des émotions vives remontées du dedans. Et sans doute s’est-elle enfoncée dans le territoire de son ombre propre, pour en rapporter ces faces de douleur, ces corps creusés, crevassés, balafrés par l’existence. À considérer son art depuis quelques années, il faut pourtant se rendre à l’évidence : ce temps n’est plus. La page est tournée. Ruta Jusionyte s’est surmontée elle-même, aussi vrai que la terre qu’elle modèle, surmonte par la cuisson son état initial, se renforce et devient autre chose. Comme si elle-même avait triomphé des feux du tourment qui travaillait au fond d’elle – celui de l’Histoire, celui de l’exil et celui du doute existentiel, des épreuves intimes – son art paraît traduire à présent une maturité sereine. Le sourire de ses personnages dit quelque chose d’une confiance dans la vie : désormais sans colère et sans peur, ils affirment une paix nouvelle, une adhésion au monde. Moins expressif, moins immédiat, moins émotionnel, le travail de l’artiste accède à présent à un langage moins intime qu’universel, symbolique, voire mythologique. Bien sûr, ce répertoire mythologique et symbolique – centaures, louves, créatures ailées – existait déjà ; mais il était surtout expressif, c’est-à-dire qu’il faisait sortir ce qui venait du lointain intérieur et de l’intime – douleur, colère, mélancolie, questionnements, désir etc. De ses sculptures émane à présent une quiétude, une douceur, une tendresse, de celles qui sont souvent le témoignage des âmes fortes ayant traversé les épreuves et dépassé ressentiment et rancoeur pour atteindre au dépouillement moral, à une acceptation du monde et d’autrui. Il ne s’agit sans doute plus de se connaître soi-même et de se raconter soi-même par le truchement du symbole. Son art n’est plus expression d’une intériorité, d’un être-au-monde ; l’artiste a accédé à autre chose, par-delà elle-même. Cela ressemble déjà à la transmission, puisant à même l’inconscient collectif des images archétypales d’un temps immémorial – peut-être même un temps purement imaginé – où se meuvent des symboles, et non plus des êtres. Des oeuvres à découvrir en ligne jusqu’au 30 mai 2021 via le site www.arielledhauterives.be

Quai des péniches, 69 à 1000 Bruxelles

Mikaël Faujour


  • Facebook - Arielle d'Hauterives Galerie
  • Instagram - Arielle d'Hauterives Galerie
  • LinkedIn - Arielle d'Hauterives Galerie
  • Twitter - Arielle d'Hauterives Galerie
69 Quai des Péniches / Akenkaai
Appartement 24E
1000 Bruxelles

Uniquement sur rendez-vous : info@arielledhauterives.be

La galerie est fermée entre les expositions