Portrait-artiste-ALix-150x150.jpg

B2Fays

Installation - Media - Peinture

Béatrice de Fays, alias B2Fays, est une artiste Franco-Belge qui travaille entre la France et l’Inde.
Elle mélange différents media : peintures, BD, réalité augmentée, projections vidéo, installations interactives locales ou en réseau, ...Son enfance, entre la France et la Belgique, est accompagnée par la présence d’un Bouddha issu du salon indien de Jean Robie, de sculptures africaines liées à la vie de son père, et d’œuvres ouvrant sur les spiritualités du monde entier qu’elle découvre avec avidité dans des revues d’Art.
En 1984, elle prend conscience que seule la création peut lui permettre d’évoluer dans un univers, qui lui semble alors totalement incompréhensible.
Souhaitant s’affranchir des dictats de l’art institutionnel de l’époque, et de l’académisme des artistes peintres liés à sa famille (Jean Robie et Balthazar-François Tasson-Snel), elle refuse d’intégrer une école d’Art, et commence sa carrière en autodidacte à Paris.
Elle choisit un mode narratif populaire (bande-dessinée, graphisme...), et les images dématérialisées des première palettes graphiques de l’époque.
Sa première planche de BD est éditée par Philippe Manoeuvre des Humanoïdes associés. Ses oeuvres paraissent ensuite dans des magazines (dont Métal Hurlant), des fanzines, et à la télévision. En 1985 elle
participe à la première exposition montrant des images réalisées avec des palette graphiques « Palettes Pauvres - Images Riches » au Centre George Pompidou / Paris France. En 1987, elle est sélectionnée au SIGGRAPH Art Show / Californie USA. En 1988, elle expose au Ministère de la Culture / Paris France.
Le passage de la BD à la peinture, se fait suite à une parution dans le journal de bande dessinée Zoulou en 1986. Un amateur d’Art commande une peinture sur toile de 3 mètres de long à partir d’une case de la BD publiée.
Cette peinture à taille humaine et l’implication de tout le corps pour la réaliser, fait prendre conscience à l’artiste de l’impact positif de ce medium sur la totalité de son être (physique et psychique). Suite à cette expérience, elle se détache des images digitales, pour se confronter exclusivement à la matière picturale.
Proche du mouvement Figuration Libre, ses oeuvres narratives, colorées et frontales, questionnent les relations humaines, la beauté des êtres et l’horreur qui se cache parfois sous les apparences, la fête et la solitude, le monde poétique et sauvage des univers urbains. En cherchant une complémentarité, elle confronte les contraires : oppositions / rapports, destruction / construction, intériorité / extériorité.
Revendiquant un art authentique, proche de la vie et des gens, elle privilégie les lieux de diffusion underground (boite de nuit, restaurant, fanzine, TV, cinéma, rue…). Elle expose dans le mythique club Parisien Les Bains Douches, décore la boite de nuit Le Boy, crée des affiches et des fauteuils pour le cinéma Max Linder Panorama ….
En 1994, souhaitant s’engager davantage dans une recherche intérieure, elle change radicalement de style et de technique. Elle abandonne le graphisme frontal et narratif, pour inscrire strate par strate une succession d’images dans la profondeur de la toile, et sur de grands polyptiques3.
Parallèlement, toutes ses peintures sont détruites dans un incendie ! Ce choc lui fait prendre conscience de la fragilité de la matière, et de la pérennité de l’expérience artistique qui transforme le corps et l’esprit de façon immuable.
Elle décide d’utiliser à nouveau les ordinateurs pour intégrer le visiteur au processus de création et partager cette expérience.
A partir de 1996, lors de résidences au CICV Pierre Schaeffer (Centre International de Création Vidéo), elle réalise les installations multimédia, Le Musée Amarrage et Voir (CICV Pierre Schaefer), Matière première / Raw material (Galerie Donguy) Paris) qui questionnent la présence du visiteur et la place des oeuvres.
En 1999, suite à une résidence de recherche au CNBDI (Centre National de la BD et de l’Image) en compagnie de son partenaire musicien Lotfi Zitouni, elle conçoit l’installation Xposelive, une expérience en temps réel où le visiteur devient à la fois acteur, sujet et spectateur de l’oeuvre en train de se faire. De 1999 à 2006, cette installation est présentée en différents lieux : Festival Interférences (Belfort), Villette numérique (Cité des Sciences et de l’Industrie - Paris), - Open Source 3 (Gaîté Lyrique - Paris), Le Cube ART 3000 (Issy Les Moulineaux), …
En 2006, Béatrice de Fays est lauréate du prix "Villa Médicis Hors les Murs" en Inde.
En résidence à l’Espace Mendès France, elle démarre une collaboration avec l’artiste multimédia Mathieu Constans avec qui elle crée le dispositif interactif Digital Palimpsest. Cette installation qui s’appuie sur le concept, la scénographie et l’expérience de Xposelive sera présentée au Centre d’Art RURART / Rouillé France, puis lors d’une tournée en Inde : IIT Bombay (Indian Institute of Technology Bombay, Kalahita Art Foundation / Hyderabad - Shrishti Art School / Bangalore.
A partir de ce moment, c’est entre l’Asie et l’Europe, qu’oeuvre Béatrice de Fays : peintures, installations multimédias interactives, projections sur accumulation, et espaces en réalité augmentée.
En 2008, elle conçoit un dispositif composé de deux installations interactives en réseau entre La Géode (La Cité des Sciences - Paris), et le Nehru Science Centre (Mumbai - Inde) où les visiteurs se rencontrent, interagissent et créent ensemble, en temps réel, à 7000 km de distance.
Elle expose ensuite à Bruxelles en Belgique (Hôtel de Ville Saint Gilles, Galerie Arielle d’Hauterives, Commission Européenne), à Manille au Philippines, à New-Delhi, Hyderabad, Pondichéry et Mumbai en Inde (Goethe Zentrum, Kalakriti Art Gallery, World Design Assembly, India Habitat Centre, …), et à Hong-Kong (PMQ Central)…
Elle conçoit des ateliers : Digital Palimpsest (Espace Mendès France - Poitiers France), Through Layers Of Memory (PMQ Central - Hong- Kong), Via Présence (Village de Gudipudi - Andra-Pradesh, Village de Pattanur - Tamil Nadu - Inde)
Ces peintures font partie de plusieurs collections indiennes : Park Hyatt Hyderabad, Novotel Vijayawada

Œuvres

Biographie

Expositions personnelles












Expositions collectives







Prix





Collection

2015

2014
2013

2012
2009
2005
1993
1990
1988
1987

2014
2013
2012
1999
1987
1985
1984

2009
2006
2005
2003
1987



Through Layers of Memory, PMQ Central, Hong Kong, Chine
Nomads of Memory, Goethe Zentrum, Kalakriti Art gallery, Hyderabad, Inde
Via Village, Village de Chinna Pattanoor, Pattanur, Inde
Kalakriti Art Gallery, Hyderabad, Inde
Via Présence, Park Hyatt, Hyderabad, Inde
Arielle d’Hauterives galerie, Bruxelles, Belgique
Kalahita Art Foundation, Hyderabad, Inde
Galerie MR, Angoulême, France
Galerie Art & patrimoine, Paris, France
Galerie Charles & André Bailly, Paris, France
Ministère de la Culture, Paris, France
Clubs, Central avec Département E, Locomotive, bains douches, Paris, France

Via Pondichery, Alliance française de Pondichery, Inde
Toute pure, Galerie Everest Standard, Paris, France
Geniarts, Commission Européenne, Bruxelles, Belgique
Tipi des rdv électroniques, Technoparade, Centre Georges Pompidou, Paris, France
Siggraph Art Show, Californie, Etats-Unis d’Amérique
Forum mondial des femmes, Nairobi, Kenya, Afrique
Palettes pauvres - Images riches, Centre Georges Pompidou, Paris, France

ugadi Talent Awards, Digital Palimpsest India, Suman Art Theatres
Villa Médicis Hors les Murs en Inde, culturesfrance
Fil d’Ariane, Dicream
Fil d’Ariane, SCAM Bourse d’aide à l’art numérique
Prix Ressort des Arts et de la Créativité

Park Hyatt Hyderabad, Inde