Exposition : Découvertes estivales

Exposition Collective :
Mireille Roobaert, Nathalie Lamoral - Photographie

Durant le mois de juillet, Arielle d’Hauterives met à l’honneur la photographie. L’exposition Découvertes estivales montre le travail de deux artistes photographes : Nathalie Lamoral et Mireille Roobaert.

Mireille Roobaert crée ici des sphères à partir d’un fond neutre, transparent, vide, tel le chaos initial. A ce dernier succède l’oeuf, il est le premier principe d’organisation, il renferme toutes les virtualités, et de ces virtualités naît la vie, ici naissent les étranges images de cette série photographique. Ces mises en scène détachées de tout référent à une réalité physique laissent libre cours à l’imagination, tout y est possible. L’espace donné à la symbolique est infini, toutes les antinomies coïncident, un monde en devenir nous est proposé, laissant place à toutes les utopies. L’oeuf, la matrice, symbolisent un état primordial, non conditionné,une plénitude, une autarcie sexuelle, l’androgynie, mais aussi la puissance créatrice de vie et à la fois la fragilité de l’oeuf. Quant à sa façon de travailler, Mireille Roobaert, utilise le terme de « pixelogrammes », en référence aux photogrammes qui permettent de créer des images photographiques sans appareil photo, à l’époque l’on impressionnait l’halogénure d’argent avec la lumière sur divers supports, aujourd’hui analogiquement ce principe est transposé avec les pixels de la photographie numérique sur un calque. Les procédés optico-chimiques sont ici remplacés par des procédés logico-mathématiques.

La photographe Nathalie Lamoral, portraitiste de talent (Yves Saint Laurent, Karl Lagerfeld, Jean-Paul Gauthier,…) a confié à Arielle d’Hauterives une magnifique série de photos consacrée à Paris. Tout l’esprit de Nathalie Lamoral se trouve dans le jeu de lumière perçue dans un cadrage inattendu. Courbes et lignes se rejoignent dans un graphisme aussi pur qu’élégant. Instants volés, révélés, dévoilés… par une artiste qui traduit l’éphémère en éternité.