Exposition : Affordable Art Fair Brussels

Exposition Collective :
Hipolythée, Sibylle Baltzer, Hanna Ilczyszyn - Dessin, Peinture

Du 5 au 9 février 2015, Arielle d’Hauterives présentera le travail d’Hipolythée, de Sibylle Baltzer et d’Hanna Ilczyszyn à l’Affordable Art Fair Brussels.

Hipolythée

Titulaire d’un doctorat d’architecture et design d’environnement à l’école Camondo, elle a enseigné les arts appliqués dans différentes écoles parisiennes.Le temps est à la crise, le temps est à la peur, le temps est à la haine, le temps est à la rancœur, le temps file, le temps détruit, le temps inquiète. Hipolythée ose une réponse à tous les comploteurs de l’ère du soupçon. Après ses « Humains de Compagnie » et les « Contes à rebours », l’artiste présente « L’aprèstidigitatrice », un calendrier de l’après comprend 26 dessins en souvenir des calendriers de l’avent. Ces dessins sont édités en 2 tomes agrémentés d’écrits d’un écrivain lillois. Le concept du premier tome part d’une constatation ou d’une idée liée à une problématique environnementale du moment. La particularité  consiste en l’ajout de dates et de prévisions positives proposant des solutions alternatives. Le second tome se concentre sur les astres. L’artiste y transfigure son intuition face aux astres et aux signes astrologiques et sidéraux. Ceux-ci se combinent pour proposer à chaque individu des solutions pour le futur. Ici, dans l’œuvre d’Hipolythée, qui se construit avec et non pas contre le temps, tout est symbole !

Sibylle Baltzer

Diplômée de la Chelsea School of Art, des Beaux Arts de Paris et de la Slade School of Fine Art, c’est dans la peinture abstraite que les œuvres de Sibylle s’inscrivent. Sur ses toiles en lin brut ou en coton, Sibylle Baltzer applique diverses matières et des pigments, ainsi que de la poudre de marbre ou du ciment, gris ou blanc, qu’elle pose en aplats ou en reliefs, par fines couches: « dust ». Poussière qui devient corps. Il arrive que les surfaces en relief s’épaississent, se gaufrent même. Certains aplats de matériaux ou de couleurs sont d’une transparence filigranée; d’autres sont couverts de traces de pinceau qui sillonnent le ciment. Sur certaines toiles, des entrelacs de couleurs primaires, ou des dégradés (noir, blanc, gris), font apparaître en transparence lumineuse ou par superposition des traces de polychromies différentes, qui animent les toiles. Les couleurs débordent sur les extrémités du cadre et se replient parfois sur l’épaisseur du châssis; elles continuent ainsi le mouvement de l’artiste, en étirant les lignes du tableau jusqu’à son extrémité. Souvent, la partie centrale de la toile reçoit plusieurs couches de pigment et se différencie nettement des bordures. Certaines autres toiles paraissent minimalistes – en fait Sibylle Baltzer tend au minimalisme, mais sa liberté d’expression gestuelle l’en distingue.

Hanna Ilczyszyn

Hanna Ilczyszyn est une jeune peintre polonaise vivant en Belgique. Elle a étudié à l’Académie Royale des Beaux-arts de Gand et à l’Académie des Beaux-arts de Wroclaw en Pologne. Son travail plastique capture l’innocence et l‘incertitude de l’enfance. Les œuvres d’Hanna laissent entrevoir l’anxiété et la confusion des enfants qui évoluent dans un monde imprévisible où tout est neuf. Ses toiles dépeignent des enfants qui ont le visage caché comme dans des souvenirs flottants. Ses compositions célèbrent l’enfance mais sont enveloppées dans une atmosphère étrange soutenue par un fond gris-noir. Les scènes dépeintes sont calmes, installées dans une lumière sombre et peintes avec une subtilité de nuances.

Plus d’infos sur la Foire: ici