Mireille Roobaert

Photographie

La photographe crée ses œuvres en manipulant les pixels un à un car selon elle : « ils contiennent chacun une part de vérité essentielle ». Elle se consacre spécialement aux questionnements sur les thématiques récurrentes des fausses symétries, impressions surréalistes d’une réalité flouée mais devenue visible, autant de sensations de miroirs twistés, d’une perception à deux visages qui montre à la fois le passé et le futur à travers l’œilleton. Le grand pilier de son art traite les reflets de l’eau, avec leur part symbolique de fertilité, de féminité, de fluidité, ce qu’elle appelle joliment « MIDMVV » : le Monde Imaginaire De Ma Vraie Vie. Les noms de ces images portent déjà en eux l’exigence de poésie de leur auteure : « Il pleut des lunes », « En fin »… Comme dans la vie, Mireille Roobaert transforme la réalité qui l’a elle-même transformée, hors des sentiers battus, et rassemble ou oppose, selon, deux mêmes choses différentes. Elle appartient à la génération argentique, mais Photoshop est son outil. Déjà avant l’apparition du numérique, dans la chambre noire, elle jouait de la photo expérimentale, mélanges de formes et de matières. Aujourd’hui grâce à l’informatique, l’artiste peut aller beaucoup plus loin. Dans un seul pixel, elle intègre une multitude d’informations. Il y a des messages cachés dans ses pixels, comme dans chaque atome de vie. L’informatique lui offre une liberté infinie du bout de son stylet, et elle sculpte l’image, modèle le message. Chaque lieu vide l’inspire, et elle le remplit de sens. Ainsi, à remplir ses espaces de graphismes et de couleurs, Mireille questionne ce qui habite le vide.

Site web de Mireille Roobaert : http://www.mireilleroobaert.com